Search

Decolonizing ALGERIA

Decolonized thoughts of an Algerian female blogger

Tag

Algérie

Le Hirak, Nabni et la déconstruction du système Algérie…

J’ai toujours été étonnée par l’utilisation, abusive et hors de son sens exact, du concept “système” par le politique en Algérie. Nombreux sont les politiciens, journalistes et autres intellectuels qui usent et abusent de ce terme sans savoir vraiement ce qu’est un système complexe. Si dans une discussion banale, cet abus est toléré, il devient, toutefois, problématique, lorsque des chercheurs l’utilisent dans le contexte actuel du Hirak pour développer des scénarios politiques engageant l’avenir d’une nation. Là, il devient important de préciser le sens éxacte du concept pour mieux comprendre et délimiter la portée des propos de chacun.

Continue reading “Le Hirak, Nabni et la déconstruction du système Algérie…”

Les paradoxes Orwelliens du Hirak de la Grande Poste

Dans son numéro du 26/08/2019, ElWatan titre que le hirak pourrait se radicaliser à la rentrée. Pourquoi ? Comment ? Intriguée, je me mets à lire l’interview du Professeur Djabi qui résume à lui seul les paradoxes orwelliens du Hirak qui gravite autour de la Grande Poste.

Ainsi, selon le sociologue le bilan du Hirak se résume à deux grandes réalisations qui sont : le départ du président Bouteflika et l’incarcération de figures importantes de l’ancien régime.

Paradoxe 1 

Etrange que le sociologue ne mentionne pas dans son bilan, l’incarcération du Général Toufik, marionnettiste en chef de la décennie noire, ainsi que de plusieurs officiers de l’armée proches du général déchu.  Ne considère-t-il pas que l’incarcération de Toufik soit une grande réalisation du Hirak ? Peut-être pas. Après tout, le Hirak de la Grande Poste – l’unique Hirak reconnu par Djabi et ses copains-  n’a jamais appelé à l’arrestation de Toufik ni à celle de l’oligarque Rebrab d’ailleurs…

Continue reading “Les paradoxes Orwelliens du Hirak de la Grande Poste”

L’Algérie, cible d’un nouveau printemps arabe ?

Le printemps arabe désigne une opération de déstabilisation de certains régimes arabes, sous couvert de révoltes populaires pour favoriser l’accès au pouvoir d’un groupe favorable aux intérêts américains. Les pays qui ont subi le printemps arabe sont : la Tunisie, l’Egypte, la Lybie, la Syrie et le Yemen. Ces révoltes ont toutes, suivi un même protocole : des manifestations populaires pacifiques pour un même objectif : la chute du régime en place.

Aux origines du “Hirak” le mouvement populaire “spontané”

Depuis l’annonce de la candidature du président sortant M. Bouteflika pour un cinquième mandat aux élections présidentielles prévues pour le 18 Avril prochain, le pays vit au rythme de manifestations hebdomadaires  en signe de protestation contre cette candidature. Des marches sont ainsi organisées chaque vendredi depuis le 22 février.

En réponse à ce mouvement populaire inédit en Algérie, le président Bouteflika a annoncé, le 11 mars dernier, le retrait de sa candidature, l’annulation des prochaines élections présidentielles avec la proposition d’une feuille de route pour une passation du pouvoir comprenant la mise en place d’une conférence nationale inclusive et indépendante, une nouvelle constitution et des élections présidentielles avant la fin de l’année. Malgré cette réponse, les appels à manifester continuent à inonder les réseaux sociaux pour réclamer cette fois, la chute de tout le régime.

Certes, la crise politique en Algérie est bien réelle ; de même que le sentiment de révolte des jeunes, assoiffés de changement, est bien compréhensible et légitime. Néanmoins, le refus de participer au consultations proposées par le pouvoir en place, l’absence même de représentativité du mouvement après quatre semaines de manifestations, la surenchère continue des revendications et l’anonymat de l’appel du « mouvement populaire », soulèvent plusieurs questionnements quant à la nature et objectifs de ce mouvement.

La chute du régime pour un changement radical du système politique en Algérie, est un enjeu beaucoup trop important pour que ce ne soit que le fruit de la spontanéité. Il est temps de questionner ce mouvement Harak, son origine, sa méthode et ses enjeux.

Continue reading “L’Algérie, cible d’un nouveau printemps arabe ?”

Les handicapés de la raison et du cœur

Comme tous les Algériens, j’ai été éduquée dans le respect de la morale et des valeurs chères à la société algérienne. On m’a appris à respecter les personnes âgées, à respecter leur âge, leur expérience, leur savoir et leur sagesse. On m’a aussi appris à respecter les handicapés et infirmes dont les capacités physiques sont réduites suite à la maladie. On m’a appris à respecter leur dignité, à ne jamais attaquer leur infirmité, ni à se moquer de leur handicap. On m’a appris à me mettre toujours du côté de ces personnes pour leur venir en aide, les protéger et préserver leur dignité.

Je croyais que je partageais ces valeurs avec tous mes compatriotes Algériens. Malheureusement, ce n’est pas le cas.

Continue reading “Les handicapés de la raison et du cœur”

Revue du livre “Les contrebandiers de l’Histoire” de Boudjedra

En ces temps confus où s’élèvent, dans notre Algérie post-coloniale, des voies appelant à la trahison de l’idéal de la révolution de Novembre. En ces temps tristes marqués par la félonie et la lâcheté de nos « intellectuels », Rachid Boudjedra brise le silence pour dénoncer les contrebandiers de notre Histoire.

Après Ahmed Bensaada qui a dévoilé le rôle d’informateur indigène joué par Kamel Daoud dans son livre « Kamel Daoud : Cologne, contre-enquête » c’est au tour de Rachid Boudjedra de dévoiler avec courage  « l’idéologie de Harki » de certains intellectuels algériens qui dénigrent l’Algérie dans leurs « œuvres destructrices » au profit d’un néocolonialisme francophile. Continue reading “Revue du livre “Les contrebandiers de l’Histoire” de Boudjedra”

La résistance …

Comment détruire une nation ?

Une nation est un groupe, un système complexe d’individus liés par des liens spirituels, culturels, sociaux et économiques… Ces liens, selon leur signification, histoire, forme et force définissent l’identité du groupe. Ils sont régis par des lois et règles communes qui renforcent le sentiment d’appartenance au groupe.

La destruction de ce groupe nécessite tout simplement la destruction de son identité suivant une méthode en deux étapes : Continue reading “La résistance …”

Tamazight, vidéos et lynchage médiatique…

En l’absence d’un débat public serein sur la question Amazigh, le citoyen Algérien est livré à la manipulation des médias et politiciens qui n’ont plus qu’un seul but, le détourner de la vérité pour faire passer leurs idées à n’importe quel prix. Voilà pourquoi, le simple citoyen doit apprendre à décrypter les messages médiatiques pour évaluer la véracité des arguments : rejeter les argumentations dialectiques fallacieuses au seul profit de la vérité.

Pour comprendre les enjeux de la question du tamazight en Algérie, je vous propose le décryptage de deux vidéos autour du même thème. La première a provoqué une vive polémique, la deuxième est passée inaperçue. Continue reading “Tamazight, vidéos et lynchage médiatique…”

La supercherie du calendrier Berbère

Cette année, la célébration de la fête Yennayer a été officialisée par le gouvernement algérien. La journée du 12 janvier, désormais jour férié, célèbre ainsi officiellement le début du nouvel an Berbère. Toutefois, l’officialisation de cette fête ne fera sûrement pas taire les questions quant à sa légitimité, voire sa véracité !

D’où vient ce calendrier Berbère et cette date de 2968 ? Pourquoi le calendrier débute-t-il un 12 janvier ? Quelle est son histoire, sa signification et sa symbolique dans la mémoire populaire ? Et surtout qu’elle est sa relation avec la fête de Yennayer ?

L’histoire commence en France, avec l’académie Berbère. Rappelons que cette dernière a été mise en place par un certain Jacques Bènet, ancien des services spéciaux français, pour justement aider à créer les mythes fondateurs du Berbèrisme. C’est en effet, dans le cadre des principes de cette académie que les Berbéristes vont, plus tard, créer un drapeau, une langue avec son alphabet latin ; une histoire et un calendrier.

Pour créer un calendrier Berbère qui n’existe nulle part dans l’Histoire de notre pays et de la région ni dans la mémoire populaire d’ailleurs, les Berbéristes de Jacques Bènet vont d’abord chercher un ancrage dans la mémoire profonde de la société. Pour cela, ils vont adosser leur nouvel an fictif à une ancienne fête païenne bien réelle, celle de Yennayer qui était tombée en désuétude, pour l’exhumer et la réhabiliter sous une nouvelle forme, celle d’un nouvel an Berbère. Continue reading “La supercherie du calendrier Berbère”

Nos ancêtres les Phéniciens

L’Histoire antique de l’Algérie a toujours été la chasse gardée de la France coloniale qui a créé une histoire sur mesure à son projet colonisateur ; glorifiant le passé Romain parce qu’Européen et omettant le passé Phénicien parce qu’Oriental – pour ne pas dire : Arabe.  C’est ainsi que notre passé phénicien/Carthaginois, celui de la grande civilisation méditerranéenne et Nord-Africaine qui dura plus de huit siècles sera occulté, amoindri pour ne plus représenter qu’un fait divers de l’histoire antique de l’Algérie.

Malheureusement, cet état de fait persiste, encore de nos jours. L’histoire antique de notre pays est toujours instrumentalisée pour servir, cette fois ci, l’idéologie berbériste séparatiste suicidaire pour notre société. La vérité est travestie, voire effacée, au profit de mythes, chimères et légendes qui racialisent l’histoire de notre peuple, pour en exclure un groupe et glorifier un autre. Notre histoire est ainsi ouvertement et officiellement falsifiée et la mémoire de nos ancêtres trahie.

Il est temps de rétablir ces vérités historiques pour réhabiliter la mémoire de tous nos ancêtres y compris les Phéniciens. Continue reading “Nos ancêtres les Phéniciens”

La “Basmala”et Benghabrit…Une histoire de lutte idéologique.

A chaque rentrée scolaire la Ministre de l’éducation Mme BenGhabrit – la francophilophone qui ne maitrise pas la langue arabe, langue officielle de notre pays  – provoque un scandale. Si l’année passée c’était à cause de sa volonté de généraliser au primaire l’enseignement de l’arabe « Derja » au lieu de l’arabe classique, cette fois-ci, c’est à cause de la suppression de la « Basmala », la citation : بسم الله الرحمن الرحيم des livres scolaires.

Pourquoi supprimer la Basmala ?

Continue reading “La “Basmala”et Benghabrit…Une histoire de lutte idéologique.”

La caricature raciste de Ainouche et le mythe Kabyle …

On dit qu’une image vaut mille mots…

Capture Racism Ainouche

Cette caricature résume à elle seule le racisme du mythe kabyle, créé par la colonisation fançaise, et revivifié par le caricaturiste Ainouche, dessinateur à TSA (Tout sur l’Algérie, journal francophone online) . Étrangement, cette caricature raciste n’a suscité aucune réaction d’indignation de la part de la presse ou des intellectuels Algériens. TSA, qui publie les caricatures de ce raciste, n’a même pas daigné présenter des excuses ou mêmes des regrets …

Continue reading “La caricature raciste de Ainouche et le mythe Kabyle …”

Pour la « défrancisation » de l’Algérie indépendante

Le 5 juillet dernier, l’Algérie a célébré son 55ème anniversaire d’indépendance.

Après cinquante-cinq ans d’indépendance, l’Algérie a toujours du mal à se décoloniser. L’annonce de la décision d’Algérie-télécom, la société nationale de télécommunication, de supprimer la langue française des documents officiels a, semble-t-il, suscité une vive polémique dans les réseaux sociaux entre les « pro » et « anti » arabisation.

Mais s’agit-il de politique d’arabisation ou plutôt de…défrancisation ? Continue reading “Pour la « défrancisation » de l’Algérie indépendante”

L’affaire RHB et le sophisme “strawman”

Les campagnes de dénigrement médiatiques (smear campaign) sont des armes redoutables pour détruire la réputation des personnes. Souvent, ces campagnes sont bâties sur des arguments fallacieux qui ont pour but d’instrumentaliser les faits pour détourner l’opinion publique de la vérité. L’affaire Zaibet/RHB est un bel exemple d’application de ces stratagèmes de la dialectique « sophismes » dans la campagne de dénigrement contre le produit RHB et son inventeur.

Continue reading “L’affaire RHB et le sophisme “strawman””

La presse algérienne et Schopenhauer

Aujourd’hui, en Algérie, s’il y a un livre qu’il faut absolument lire pour pouvoir comprendre, voire décrypter, le sens du débat qui secoue la scène politique et médiatique, c’est bien «L’art d’avoir toujours raison» de Schopenhauer.

Selon Schopenhauer, l’argumentation dans un débat est primordiale, rarement pour atteindre la vérité, souvent pour gagner le débat. Et pour le gagner ce débat, les interlocuteurs sans scrupules usent de mauvaises ou fausses argumentations dialectiques plus connues en anglais sous le terme de «logical fallacies». Cette argumentation fallacieuse se décline en différents stratagèmes les plus utilisés dans la presse algérienne étant  l’Argumentum ad hominem et Argumentum ad personom.

Continue reading “La presse algérienne et Schopenhauer”

Book review: La stratégie du Choc de Naomi Klein

Tous les livres racontent une histoire. Parfois, il arrive que certains racontent notre propre histoire. Leur lecture devient une délivrance parce qu’elle nous permet enfin de comprendre le pourquoi de notre souffrance …

« La stratégie du choc. La montée d’un capitalisme du désastre» de Naomi Klein est un de ces livres. Il raconte l’histoire cachée de l’économie néolibérale à la Milton Friedman. Ce livre troublant expose la transition de l’économie socialiste à l’économie de marché imposée à certains pays à la fin du siècle dernier. Et pour l’Algérienne que je suis, ce livre raconte une histoire familière. Une histoire que j’ai vécu, et que mon peuple a …survécu.

Continue reading “Book review: La stratégie du Choc de Naomi Klein”

Où va la France ?

“Où va la France?” est un ouvrage collectif qui a regroupé plusieurs chercheurs français et Algériens, paru en Algérie aux éditions Karthala. Cette maion d’édition, qui a été lancée par un ancien Imam prédicateur qui œuvrait au sein de l’association des Imams en Europe, est spécialisée dans les ouvrages traitant du monde Européen et Chrétien.  L’ouvrage en question dissèque la France à l’aube du XXIème siècle au sortir d’une crise multidimensionnelle. Continue reading “Où va la France ?”

Où va l’école algérienne?

Depuis sa nomination à la tête du Ministère de l’éducation, Noria Benghabrit n’a cessé de soulever éloges et compliments des uns, critiques et interrogations des autres. Au début de cette nouvelle année scolaire, la minsitre se retrouve, encore une fois, au centre d’une polémique autour des réformes mises en place et du contenu des nouveaux programmes. La polémique a atteint son paroxysme dernièrment, avec l’annonce du Ministère d’ester en justice l’organisation des parents d’élèves qui a menacé de boycotter l’école si le Ministère persiste dans sa décision d’appliquer les nouveaux programmes. Avec cette décision, le ministère de l’éducation fait preuve d’une dangereuse dérive totalitaire contre l’un des partenaires les plus importants de l’éducation.

Il est triste de constater que l’opacité, qui caractérise les réformes du secteur de l’éducation, n’encourage pas le débat et tout est fait pour museler les voix qui se dressent contre les réformes de Benghabrit. De plus, les fervents défenseurs de la minsitre n’hésitent pas à diaboliser tous ceux qui ont un avis contraire en les accusant d’être des islamistes ; et en rappellant, à chaque fois, la nécessité de libérer l’école des luttes idéologiques et politiques.

Que cachent les réformes de Benghabrit?
Est-il vrai que ces réformes n’ont aucune connotation idéologique?

Pour comprendre les réformes de Benghabrit, la minsitre, il suffit de lire Benghabrit, le chercheur. Je vous propose, la lecture critique de son article phare sur la réligion dans les programmes de l’école algérienne. Continue reading “Où va l’école algérienne?”

Book review : “Kamel Daoud : Cologne contre-enquête”de Ahmed Bensaada

Kamel Daoud et Boualem Sansal font partie de ces écrivains Algériens francophilophones qui bénéficient d’une importante couverture médiatique en France. Pourtant, ces écrivains ne font pas l’unanimité en Algérie. Leurs récits, cadrés toujours dans un registre islamophobe et arabophobe, dénigrent, sans cesse, la société algérienne. Sa religion, sa culture traditionnelle, sa langue et sa mémoire commune sont constamment attaquées, raillées, souillées, exhibées et jetées en pâture à cet Occident “moderne et développé”. Ces écrivains, nostalgiques du temps de la colonisation française, ont cette particularité de ne pas aimer leur peuple et de ne jamais s’adresser à lui ; car s’ils n’écrivent que sur les tares supposées de leur peuple, ces écrivains ne s’adressent qu’aux seuls occidentaux.

En Algérie, rares sont les intellectuels, qui osent dénoncer ces écrivains néocolonisés et leurs écrits idéologiquement hostiles à la société algérienne. Parmi ces rares intellectuels, Ahmed Bensaada vient de signer un essai critique qui comble ce vide et ouvre, du moins espérons-le, un débat Algéro-algérien sur ce phénomène.

Continue reading “Book review : “Kamel Daoud : Cologne contre-enquête”de Ahmed Bensaada”

Critique de l’article de Babzman “La résistance kabyle à l’invasion turque et sauvagerie des janissaires”

L’article “La résistance kabyle à l’invasion turque et sauvagerie des janissaires” paru sur  le site de Babzman, un certain 14 juillet, est un bel exemple de l’aliénation de certains Algériens qui ne peuvent lire l’Histoire de leur pays qu’à travers les prismes racistes et mystificateurs des récits historiques de la France coloniale.

L’article, signé Mounira Amine-Seka d’après le blog de de l’historien Bernard Lugan, rempli d’erreurs et de raccourcis malheureux soulève plusieurs questions:

Continue reading “Critique de l’article de Babzman “La résistance kabyle à l’invasion turque et sauvagerie des janissaires””

La francophonie en question : sur le rôle et le statut de la langue française en Algérie au XXIème siècle.

Cela fait deux ans que les centres culturels français en Algérie, célèbrent la semaine de la francophonie. Cet évènement culturel, qui a lieu au mois de mars, a, bien sûr, été relayé par la presse francophone et arabophone avec beaucoup d’enthousiasme… mais sans provoquer de débat. Pourtant, un tel évènement aurait due susciter des questionnements sur le sens de la francophonie ainsi que le statut et le rôle de la langue française en Algérie au 21ème siècle. Malheureusement, il n’en fut rien. Continue reading “La francophonie en question : sur le rôle et le statut de la langue française en Algérie au XXIème siècle.”

Create a free website or blog at WordPress.com.

Up ↑