Search

Decolonizing ALGERIA

Lecture critique de l’article “Sauvons notre école”

 « Sauvons notre école » est un article signé par un collectif de professeurs paru dans  le qutotidien francophone Le soir d’Algérie. Une autre version « tronquée » a été publiée dans le journal français Le Monde. Par contre, aucune version en arabe de cet article n’a été publiée dans un journal algérien arabophone.

Les co-auteurs (Ahmed Djebbar, Mohamed Harbi, Houari Touati, Wassini Laredj, Khaoula Taleb-Ibrahimi, Abderrazak Dourari) sont en majorité francophones. Quatre des six co-auteurs enseignent et/ou vivent en France. Quant aux Prof. Taleb-Ibrahimi et Prof. Dourari (Directeur du Centre National Pédagogique et Linguistique de l’Enseignement de Tamazight, le CNPLET), qui enseignent tous deux à l’université d’Alger, sont connus pour être de fervents défenseur de la Derja et du Français dans l’enseignement (voir ici.) Continue reading “Lecture critique de l’article “Sauvons notre école””

Massinissa, IKosim et l’ombre de Carthage…

Une statue de Massinissa va être érigée à Alger. Pourquoi Massinissa ? Pourquoi Alger?

Je n’aime pas ce regain d’intérêt pour les statues et le culte des personnalités historiques. J’apprécie l’idée de célébrer l’histoire de la ville d’Alger, mais j’ai du mal à comprendre le choix de Massinissa. Qui veut-on célébrer ? Alger à travers son histoire et celle des hommes qui l’ont marqué ? Ou bien célébrer Massinissa et prendre Alger comme simple piédestal. En lisant les paroles du PAPC d’Alger M. Bettache je crois comprendre que c’est la deuxième option qui a prévalu. Continue reading “Massinissa, IKosim et l’ombre de Carthage…”

La presse algérienne et Schopenhauer

Aujourd’hui, en Algérie, s’il y a un livre qu’il faut absolument lire pour pouvoir comprendre, voire décrypter, le sens du débat qui secoue la scène politique et médiatique, c’est bien «L’art d’avoir toujours raison» de Schopenhauer.

Selon Schopenhauer, l’argumentation dans un débat est primordiale, rarement pour atteindre la vérité, souvent pour gagner le débat. Et pour le gagner ce débat, les interlocuteurs sans scrupules usent de mauvaises ou fausses argumentations dialectiques plus connues en anglais sous le terme de «logical fallacies». Cette argumentation fallacieuse se décline en différents stratagèmes les plus utilisés dans la presse algérienne étant  l’Argumentum ad hominem et Argumentum ad personom.

Continue reading “La presse algérienne et Schopenhauer”

Book review: La stratégie du Choc de Naomi Klein

Tous les livres racontent une histoire. Parfois, il arrive que certains racontent notre propre histoire. Leur lecture devient une délivrance parce qu’elle nous permet enfin de comprendre le pourquoi de notre souffrance …

« La stratégie du choc. La montée d’un capitalisme du désastre» de Naomi Klein est un de ces livres. Il raconte l’histoire cachée de l’économie néolibérale à la Milton Friedman. Ce livre troublant expose la transition de l’économie socialiste à l’économie de marché imposée à certains pays à la fin du siècle dernier. Et pour l’Algérienne que je suis, ce livre raconte une histoire familière. Une histoire que j’ai vécu, et que mon peuple a …survécu.

Continue reading “Book review: La stratégie du Choc de Naomi Klein”

Où va la France ?

“Où va la France?” est un ouvrage collectif qui a regroupé plusieurs chercheurs français et Algériens, paru en Algérie aux éditions Karthala. Cette maion d’édition, qui a été lancée par un ancien Imam prédicateur qui œuvrait au sein de l’association des Imams en Europe, est spécialisée dans les ouvrages traitant du monde Européen et Chrétien.  L’ouvrage en question dissèque la France à l’aube du XXIème siècle au sortir d’une crise multidimensionnelle.

Autour des questions : quelle crise ? quelle solution ? quel processus ? l’ouvrage questionne les choix politique, économiques et socio-culturel de la France et trace les lignes de la nouvelle direction à suivre. Le chercheur Algérien Mohamed AbdAllah, qui a, aussi, occupé le poste d’attaché culturel à l’ambassade d’Algérie en France a présenté une analyse critique de la question de la langue en France. Il a critiqué le choix de la langue unique nationale en rappelant la nécessité de respecter les langues régionales de France. Il a aussi rappelé le rôle joué par la langue arabe dans la transmission du savoir vers l’Europe du moyen âge et le rôle bénéfique qu’elle peut jouer dans une France multiculturelle. Il a enfin rappelé:

« La question que pose le public est celle de l’utilité de chaque langue : langue de la réussite scolaire, de la promotion sociale, de l’emploi. Le contexte socio-économique de la France fait de ce point de vue la part belle à l’anglais. Hors de toute hypocrisie sociale, il va falloir expliquer aux jeunes Français sur quoi débouche pour eux l’enseignement en langue française. Les mobiles apportés jusque-là, religion, nation, contrainte, vont s’avérer insuffisants»

Concernant l’école et la laicité, l’actuelle ministre de l’éducation française a présenté l’état de l’enseignement en France et critiqué les conséquences de cet enseignement laïc. Elle a rappelé les mérites de l’enseignement religieux d’avant la révolution. Continue reading “Où va la France ?”

Où va l’école algérienne?

Depuis sa nomination à la tête du Ministère de l’éducation, Noria Benghabrit n’a cessé de soulever éloges et compliments des uns, critiques et interrogations des autres. Au début de cette nouvelle année scolaire, la minsitre se retrouve, encore une fois, au centre d’une polémique autour des réformes mises en place et du contenu des nouveaux programmes. La polémique a atteint son paroxysme dernièrment, avec l’annonce du Ministère d’ester en justice l’organisation des parents d’élèves qui a menacé de boycotter l’école si le Ministère persiste dans sa décision d’appliquer les nouveaux programmes. Avec cette décision, le ministère de l’éducation fait preuve d’une dangereuse dérive totalitaire contre l’un des partenaires les plus importants de l’éducation.

Il est triste de constater que l’opacité, qui caractérise les réformes du secteur de l’éducation, n’encourage pas le débat et tout est fait pour museler les voix qui se dressent contre les réformes de Benghabrit. De plus, les fervents défenseurs de la minsitre n’hésitent pas à diaboliser tous ceux qui ont un avis contraire en les accusant d’être des islamistes ; et en rappellant, à chaque fois, la nécessité de libérer l’école des luttes idéologiques et politiques.

Que cachent les réformes de Benghabrit?
Est-il vrai que ces réformes n’ont aucune connotation idéologique?

Pour comprendre les réformes de Benghabrit, la minsitre, il suffit de lire Benghabrit, le chercheur. Je vous propose, la lecture critique de son article phare sur la réligion dans les programmes de l’école algérienne. Continue reading “Où va l’école algérienne?”

The language dilemma in postcolonial Algeria

A live streaming video published by a primary school teacher on facebook sparked a big controversy in Algeria, lately. The video showed a young teacher of arabic in her classroom surrounded by her pupils asking them questions on moral values. The teacher praised arabic language, and reminded the children to speak only in arabic. Continue reading “The language dilemma in postcolonial Algeria”

Book review : “Kamel Daoud : Cologne contre-enquête”de Ahmed Bensaada

Kamel Daoud et Boualem Sansal font partie de ces écrivains Algériens francophilophones qui bénéficient d’une importante couverture médiatique en France. Pourtant, ces écrivains ne font pas l’unanimité en Algérie. Leurs récits, cadrés toujours dans un registre islamophobe et arabophobe, dénigrent, sans cesse, la société algérienne. Sa religion, sa culture traditionnelle, sa langue et sa mémoire commune sont constamment attaquées, raillées, souillées, exhibées et jetées en pâture à cet Occident “moderne et développé”. Ces écrivains, nostalgiques du temps de la colonisation française, ont cette particularité de ne pas aimer leur peuple et de ne jamais s’adresser à lui ; car s’ils n’écrivent que sur les tares supposées de leur peuple, ces écrivains ne s’adressent qu’aux seuls occidentaux.

En Algérie, rares sont les intellectuels, qui osent dénoncer ces écrivains néocolonisés et leurs écrits idéologiquement hostiles à la société algérienne. Parmi ces rares intellectuels, Ahmed Bensaada vient de signer un essai critique qui comble ce vide et ouvre, du moins espérons-le, un débat Algéro-algérien sur ce phénomène.

Continue reading “Book review : “Kamel Daoud : Cologne contre-enquête”de Ahmed Bensaada”

Critique de l’article de Babzman “La résistance kabyle à l’invasion turque et sauvagerie des janissaires”

L’article “La résistance kabyle à l’invasion turque et sauvagerie des janissaires” paru sur  le site de Babzman, un certain 14 juillet, est un bel exemple de l’aliénation de certains Algériens qui ne peuvent lire l’Histoire de leur pays qu’à travers les prismes racistes et mystificateurs des récits historiques de la France coloniale.

L’article, signé Mounira Amine-Seka d’après le blog de de l’historien Bernard Lugan, rempli d’erreurs et de raccourcis malheureux soulève plusieurs questions:

Continue reading “Critique de l’article de Babzman “La résistance kabyle à l’invasion turque et sauvagerie des janissaires””

Blog at WordPress.com.

Up ↑