Les campagnes de dénigrement médiatiques (smear campaign) sont des armes redoutables pour détruire la réputation des personnes. Souvent, ces campagnes sont bâties sur des arguments fallacieux qui ont pour but d’instrumentaliser les faits pour détourner l’opinion publique de la vérité. L’affaire Zaibet/RHB est un bel exemple d’application de ces stratagèmes de la dialectique « sophismes » dans la campagne de dénigrement contre le produit RHB et son inventeur.

Nous avons déjà vu, dans un précédant poste, comment le sophisme « ad hominem », à travers une présentation fallacieuse des arguments, est utilisé pour manipuler l’opinion publique dans le but de l’éloigner des vrais enjeux d’une controverse. Dans le cas du RHB, le sophisme utilisé est le « Strawman » (homme de paille en français).

Le sophisme Strawman se résume ainsi:

Lorsque, dans une controverse, il devient difficile d’attaquer les arguments d’un adversaire, il suffit de les déformer et d’en créer une caricature volontairement erronée et grotesque pour qu’elle soit, par la suite, facilement attaquable. 

Les arguments de Zaibet

Zaibet, l’inventeur, n’est pas un inconnu. Bien avant le RHB, il avait développé la pommade SODERMA contre le psoriasis. Cette pommade est réputée efficace contre cette maladie chronique (voir ici témoignage d’un patient guéri). Elle est vendue en pharmacie et est exportée vers l’étranger. Le produit a déjà été présenté dans une émission sur canal Algérie en 2013 (voir lien).

Cette année, dans un reportage diffusé sur la chaine Echourouq (voir lien), Zaibet a présente son nouveau produit contre le diabète. La plus grande partie du reportage est consacrée aux malades diabétiques, de différents âges, qui ont pris ce “médicament”.

Les témoignages des patients sont assez impressionnants. Tous jugent que leur état de santé s’est, nettement, améliorée. Certains, ont diminué leur dose d’insuline. Un patient dit, même, avoir recouvré sa vision.

Après ce reportage, Zaibet se lance dans la production du produit. Sa mise en vente comme « complément alimentaire » sous le nom de RHB a débuté au cours de ce mois de décembre. Et c’est en ce mois de décembre qu’une campagne de dénigrement est lancée contre le RHB et son inventeur et qui a causé le retrait de son produit de la vente.

La Fabrication du Strawman

Cette campagne de dénigrement a ciblé, non pas les faits cités plus haut, mais une caricature : un strawman. La fabrication de ce « strawman » semble avoir suivi les étapes suivantes :

  1. Qualifier Zaibet de charlatan pour le discréditer.
  2. Affubler son produit RHB du nom de « Rahmat Rabi » pour le ridiculiser.
  3. Insinuer que Zaibet, le charlatan, met en danger la vie des patients en les poussant à abandonner la prise d’insuline.
  4. Ignorer les témoignages des différents patients qui ont pris le RHB sur l’amélioration de leur état de santé, et diffuser la rumeur de cas de patients morts après la prise de RHB…

Et voilà! Il ne reste plus qu’à jeter ce “strawman” en pâture aux hyènes des médias, TV, presse et réseaux sociaux pour que la campagne de dénigrement et le lynchage médiatique commence… Il faut avouer qu’il est plus facile d’attaquer un charlatan qui vend « Rahmet Rabi » en boite qu’un chercheur qui a mis au point un produit qui améliore sensiblement l’état de santé des diabétiques.

La campagne de dénigrement   الحرب الممنهجة

Au même moment et à l’unisson, les médias TV, radio et presse lancent la campagne de dénigrement. Ils invitent des politiciens, médecins, et scientifiques pour donner leur avis sur le strawman Zaibet/RHB. Tout le monde y trouvera son compte dans le lynchage en live. Certains défendront leurs intérêts d’importateurs de médicaments, d’autres l’intérêt de leurs sponsors les BigPharmas, d’autres le dogme de la médecine moderne et ses « sacro-saint » protocoles scientifiques. Bien sûr, à aucun moment les invités ne discuteront l’argument de l’amélioration de santé des diabétiques qui ont pris le RHB. Qu’importe l’état de santé de ces diabétiques.

En parallèle avec ces médias, les réseaux sociaux explosent et vont littéralement lyncher Zaibet ainsi que tous ceux qui osent le défendre. L’objectif étant de maintenir un matraquage continu du strawman «le charlatan vendeur de Rahmet Rabi» pour discréditer Zaibet et ridiculiser  tous ceux qui osent croire en l’efficacité de son produit.

Une campagne de dénigrement n’apparait pas par hasard, de manière instantanée et aléatoire. Elle est planifiée et programmée par des professionnels de la désinformation. La journaliste Leila Bouzidi a bien raison de parler d’une guerre médiatique programmée.

Pourquoi cette campagne ?

La question posée reste pourquoi ce lynchage ? et qui est derrière  ?

A trop bien y penser, il faut dire que cette campagne de dénigrement était trop bien orchestrée pour ne viser qu’un simple vendeur de complément alimentaire. Et si le but était autre…la tête de l’actuel ministre de la santé par exemple ? Après tout, cette campagne a été lancée à la veille de la présentation devant le parlement du projet de loi sur la santé.

L’actuel ministre est connu pour ses combats menés contre les lobbys des importateurs de médicaments ainsi que celui des cliniques privées sans parler de la « mafia » des inamovibles professeurs prédateurs des CHUs.

Aux dernières nouvelles, le projet de loi a été retiré et sa discussion au parlement retardée ; et – oh quelle surprise ! – des voix s’élèvent pour demander la démission du Ministre de la santé…

Qui sait ? Peut-être qu’à l’insu de l’opinion publique, des négociations sont en cours pour revoir certains points litigieux qui touchent aux intérêts de ceux qui détiennent, encore, certains pouvoirs en Algérie.

Quant aux diabétiques, ils semblent n’être que les victimes collatérales de cette guerre. Les diabétiques qui ont pris le RHB et qui veulent continuer à l’utiliser sont réduits à n’avoir comme défenseur que l’association de défense du consommateur

Quant au peuple, il n’est réduit qu’à n’être qu’un troupeau manipulé pour lyncher les uns au profit des autres.

Voilà pourquoi, dans ce climat de désinformation générale qui sévit dans notre pays, il devient primordial, pour nous citoyens, de cultiver une pensée critique. Apprendre à déceler dans les récits des médias, les sophismes, ces faux arguments qui nous détournent de la vérité. Dans le cas contraire, nous risquons, par l’absence de discernement dans nos jugements, à n’être qu’un troupeau…ou pire, une meute manipulée pour lyncher des innocents aux profits des coupables…des puissants coupables.

Advertisements