Kamel Daoud et Boualem Sansal font partie de ces écrivains Algériens francophilophones qui bénéficient d’une importante couverture médiatique en France. Pourtant, ces écrivains ne font pas l’unanimité en Algérie. Leurs récits, cadrés toujours dans un registre islamophobe et arabophobe, dénigrent, sans cesse, la société algérienne. Sa religion, sa culture traditionnelle, sa langue et sa mémoire commune sont constamment attaquées, raillées, souillées, exhibées et jetées en pâture à cet Occident “moderne et développé”. Ces écrivains, nostalgiques du temps de la colonisation française, ont cette particularité de ne pas aimer leur peuple et de ne jamais s’adresser à lui ; car s’ils n’écrivent que sur les tares supposées de leur peuple, ces écrivains ne s’adressent qu’aux seuls occidentaux.

En Algérie, rares sont les intellectuels, qui osent dénoncer ces écrivains néocolonisés et leurs écrits idéologiquement hostiles à la société algérienne. Parmi ces rares intellectuels, Ahmed Bensaada vient de signer un essai critique qui comble ce vide et ouvre, du moins espérons-le, un débat Algéro-algérien sur ce phénomène.

Continue reading “Book review : “Kamel Daoud : Cologne contre-enquête”de Ahmed Bensaada”