On dit qu’une image vaut mille mots…

Capture Racism Ainouche

Cette caricature résume à elle seule le racisme du mythe kabyle, créé par la colonisation fançaise, et revivifié par le caricaturiste Ainouche, dessinateur à TSA (Tout sur l’Algérie, journal francophone online) . Étrangement, cette caricature raciste n’a suscité aucune réaction d’indignation de la part de la presse ou des intellectuels Algériens. TSA, qui publie les caricatures de ce raciste, n’a même pas daigné présenter des excuses ou mêmes des regrets …

La caricature

La caricature ayant pour titre : « la Kabylie toujours classée première aux Bac et BEM » véhicule tous les stéréotypes racistes du mythe kabyle créé par la propagande coloniale. Elle représente deux groupes d’Algériens : les kabyles et les autres…

Les kabyles sont intelligents (parce que premiers au BEM et au BAC) et beaux (parce que la miss Kabylie est de type européen blonde aux yeux bleus).

Les autres… ne sont pas intelligents (parce qu’ils ne sont pas premiers au BEM et au BAC), ne sont pas beaux (parce que leur miss n’est pas blonde aux yeux clairs). De plus, la présence d’un barbu en kamis insinue le fondamentalisme religieux et la présence de l’uniforme insinue le pouvoir militaire.

Ce dernier groupe demande au premier de leur apprendre à  être beaux et intelligents comme eux. Les kabyles  répondent : “Désolée c’est dans les gènes“(!)

Comprendre que l’intelligence et la beauté, supposées par le caricaturiste, des kabyles sont génétiques. Les kabyles appartiendraient donc à une race génétiquement différente du reste des Algériens et forcément supérieure parce que plus belle et plus intelligente.

Rappelons ce qu’est le racisme

« Les idéologies qui classent l’être humain en différentes races biologiques comportant des caractéristiques mentales génétiques et qui dressent une hiérarchie de ces «races biologiques» sont considérées comme racistes. » Source

Le message raciste de cette caricature ne fait aucun doute. Son message rappelle le discours des suprématistes blancs européens et du Klu Klux Klan américain. Mais ce discours n’est pas surprenant de la part du disciple des caricaturistes islamophobes et arabophobes de Charlie Hebdo.

 

img_2048
Algerie-focus.com

Ce qui est surprenant, par contre,  c’est l’absence de réactions envers ce discours raciste et dangereux dans notre pays. Le racisme est un crime ; il et ne doit pas être toléré. Ce caricaturiste aurait dû, au minimum, retirer ces dessins et présenter, lui et le journal TSA, des excuses au peuple Algérien…

Le mythe Kabyle

Enfin, il faut rappeler que la caricature raciste de Ainouche ne vient pas du néant. Elle fait dangereusement écho au mythe kabyle colonial créé durant la colonisation française par les ethnologues et historiens militaires français qui ont créé une représentation raciste de la société algérienne opposant la “race kabyle” à la “race arabe”. On y retrouve tous les clichés recyclés par la caricature raciste de Ainouche. Le Kabyle est représenté comme proche de l’européen blanc aux yeux clairs, sédentaire, pas très musulman et plutôt démocrate, prêt à être assimilé et civilisé par le français, contrairement à l’Arabe brun et basané, nomade, fondamentaliste, et rétrograde.

L’ouvrage « Imperial identities, Stereotyping, Prejudice, and Race in Colonial Algeria » de Patricia Lorcin est la recherche académique la plus documentée sur ce sujet. Lorcin

Ce livre, traduit en francais sous le titre de “Kabyles, Arabes, Français, identités coloniales” qui malheureusement, n’est pas en vente en Algérie,  est à recommander à tous ceux qui veulent comprendre comment la France coloniale, grâce à ses militaires ethnologues et historiens (Hanotaux, Carette,  Daumas, Devaux …) a créé le mythe kabyle raciste dans le but de diviser notre société pour mieux nous coloniser.

Le drame est que cette idéologie raciste, qui a servi aux européens de prétexte pour la colonisation, et qui a disparu en Europe où elle est dorénavant dénoncée et même criminalisée ; est, malheureusement, ouvertement exprimée et célébrée par un jeune Algérien.

La persistance du mythe kabyle raciste dans l’imaginaire d’une partie de notre jeunesse, doit interpeller nos intellectuels sur l’urgence de décoloniser le savoir et la culture de notre pays de ces mythes et mensonges que l’empire colonial a semé dans ses récits ethnographiques et historique pour miner l’unité et l’avenir de l’Algérie postcoloniale.

Advertisements