Une statue de Massinissa va être érigée à Alger. Pourquoi Massinissa ? Pourquoi Alger?

Je n’aime pas ce regain d’intérêt pour les statues et le culte des personnalités historiques. J’apprécie l’idée de célébrer l’histoire de la ville d’Alger, mais j’ai du mal à comprendre le choix de Massinissa. Qui veut-on célébrer ? Alger à travers son histoire et celle des hommes qui l’ont marqué ? Ou bien célébrer Massinissa et prendre Alger comme simple piédestal. En lisant les paroles du PAPC d’Alger M. Bettache je crois comprendre que c’est la deuxième option qui a prévalu.

«Nous ne voulons pas que la statue soit érigée dans un site discret. L’endroit sur lequel nous avons jeté notre dévolu est un passage obligé pour les visiteurs d’Alger. Massinissa est un Africain majeur qui a milité pour la libération de cette terre, donc il mérite tous les égards», explique M. Bettache.

Malheureusement, ce PAPC dynamique n’a pas bien lu ses livres d’Histoire car il a choisi la mauvaise ville. Cette statue serait à sa place à Constantine/Cirta…peut-être, mais surement pas à Alger, héritière d’Ikosim la … Carthaginoise.

Ikosim, Alger dans l’antiquité

Dans l’Antiquité, l’actuel Alger n’était qu’un petit noyau de ville dénommée IKosim. Elle fut fondée par les Carthaginois probablement vers l’an 600-500 BC. Depuis sa création, et jusqu’à la destruction de Carthage (146 BC), la ville a toujours fait partie de l’empire Carthaginois. Elle passera, ensuite, sous domination romaine. Devenue Icosium, colonie de droit latin, elle sera attachée à la Maurétanie Césarienne sous le contrôle du roi Juba II, vassal de Rome. Ainsi, à sa première fondation, Alger était carthaginoise. A aucun moment de son histoire IKosim n’a fait partie de la Numidie de Massinissa.

Carthage, l’empire Africain

Non. Carthage n’est  pas un quartier de la banlieue de Tunis. De l’an 800 BC jusqu’à sa destruction par les Romains en 146 BC, Carthage était une grande puissance de la méditerranée. carthage-18

L’empire Carthaginois était la fierté de l’Afrique, la seule grande civilisation qu’a connue la région dans l’Antiquité de par le développement de son architecture, ses arts et manufactures et surtout son commerce florissant.

Elle régna sur le sud de la Méditerranée, tout le Nord de l’Afrique jusqu’en Espagne, Sicile et Sardaigne et étendit son influence et ses alliances jusqu’en Afrique subsaharienne.

punic-map

Puissance maritime incontestée, Carthage développa des échanges commerciaux sur tout le pourtour de la mer Méditerranée et infligea plusieurs défaites à Rome qui devint son principal ennemi.

Des trois guerres dites puniques qui opposèrent les deux empires, l’Histoire retiendra de la deuxième, la fameuse expédition de Hannibal contre Rome. Aidé par son armée africaine, ses éléphants et ses guerriers numides, Hannibal infligea une terrible défaite a l’armée romaine dans la bataille de Cannes, sur son propre territoire. Blessée et humiliée par Hannibal, Rome voulait sa vengeance et rêvait de détruire Carthage. Malheureusement, c’est Massinissa qui l’aidera à atteindre ce but.

Massinissa

D’après M. Bettache Masinissa est «  un Africain majeur qui a milité pour la libération de cette terre »

Vraiment, quelle terre a-t-il libéré ? et de quelle ennemie ?

L’empire de Carthage avait établi des alliances avec les Numides et ses deux rois rivaux : Syfax roi des Massaesyles et Massinissa roi des Massyles.  Les guerriers Numides faisaient partie de l’armée de Carthage et prenait part aux guerres de l’empire punique.

Au début de la 2ème guerre punique Massinissa, combattit, en Espagne, aux côtés de Carthage. N’ayant pas pu s’allier à Syphax qui est resté fidèle à Carthage, Rome se tourna vers Massinissa. En contrepartie de la promesse de l’aider à étendre son royaume, Massinissa rejoignit le camp adverse de Rome l’Européenne contre Carthage l’Africaine. A la fin de la deuxième guerre punique, il ralliera ainsi, Scipio, le général romain, avec des milliers de cavaliers Numides à la bataille de Zama, contre le général Hannibal et causera la défaite de l’armée de Carthage. Auparavant, Massinissa avait attaqué le fief de Syphax qu’il captura et remis à Rome. Ce dernier se serait donné la mort. L’ironie de l’histoire veut que des années plus tard, le petit fils de Massinissa, Jughurta, sera de même capturé et livré à Rome pour y être exécuté.

Pour le remercier de sa trahison, Rome offrit à Massinissa le royaume de Syfax :la Numidie. Massinissa mourut en 148 BC. Deux années plus tard (146 BC), Rome détruisit Carthage ; elle ordonna de raser la ville, de remblayer ses ruines et de les couvrir de sel… N’ayant plus de rival dans la région, Rome n’eut plus besoin de ses alliés Numides. Elle fit ce que font tous les empires Européens… Rome rompit ses alliances, s’empara de tout le nord de l’Afrique, et imposa colonisation et romanisation forcée. Elle exécuta tous ceux qui osèrent se rebeller contre son pouvoir tel que Jughurta. Elle divisa pour mieux régner et plaça à la tête des  Numides … des vassaux dociles.

Le symbole

Alors, pourquoi Alger, héritière d’IKosim, la Carthaginoise, doit-elle célébrer Massinissa le vassal de Rome qui, par sa trahison, a causé la destruction de l’empire Africain de Carthage et la livré à la colonisation romaine ?

Tout comme les européens célèbrent l’héritage de leur civilisation gréco-romaine, il est temps que, nous les Algériens et Africains, nous célébrions l’héritage de la civilisation Carthaginoise et non pas… des vassaux de Rome.

 

Advertisements