Tous les livres racontent une histoire. Parfois, il arrive que certains racontent notre propre histoire. Leur lecture devient une délivrance parce qu’elle nous permet enfin de comprendre le pourquoi de notre souffrance …

« La stratégie du choc. La montée d’un capitalisme du désastre» de Naomi Klein est un de ces livres. Il raconte l’histoire cachée de l’économie néolibérale à la Milton Friedman. Ce livre troublant expose la transition de l’économie socialiste à l’économie de marché imposée à certains pays à la fin du siècle dernier. Et pour l’Algérienne que je suis, ce livre raconte une histoire familière. Une histoire que j’ai vécu, et que mon peuple a …survécu.

Dans ce livre, Naomi Klein commence par expliquer ce qu’est le choc traumatisant infligé à une personne. Elle raconte l’histoire horrible, qu’on a du mal à croire véridique, de travaux de recherches sur la torture des humains dans le but d’effacer leur esprit. Elle cite des expériences de lavage de cerveau faites par des médecins sur des malades internés dans des hôpitaux psychiatriques. Elle explique comment ces travaux ont servi à développer un manuel de torture utilisé par la CIA qui décrit les différentes méthodes pour choquer un individu afin « d’effacer » sa mémoire, « détruire » sa personnalité dans le but de le …reprogrammer.

Pour modifier la personnalité d’une personne, pour l’obliger à changer il faut la choquer physiquement et psychiquement…tout simplement.

Et ce qui est valable pour un individu l’est, malheureusement, aussi pour une société. Si on veut reprogrammer une société il faut lui infliger un choc, un traumatisme qui permettra d’appuyer sur le bouton RESET et de la reprogrammer. En économie, le chercheur et lauréat du Prix Nobel de l’école de Chicago Milton Friedman a théorisé sa nouvelle stratégie de néo-libéralisme sur la base de cette ingénierie sociale.

Structuré en 7 parties et 21 chapitres, le livre nous emmène sur les traces de la stratégie du choc pour l’application du néolibéralisme du Chili de Pinochet à la Grande Bretagne de Thatcher, de la Russie de Yeltsine à la Pologne, de l’Afrique du Sud, à l’Iraq ou de ce que fut l’Iraq…Naomi Klein explique la méthode appliquée à ces pays. Elle raconte la transition économique, la méthode appliquée, le rite de passage, le choc et traumatisme infligé aux sociétés pour les forcer à se prosterner devant le néo-libéralisme…

A chaque fois c’est le même algorithme de base :

La guerre ou le coup d’état militaire contre la volonté du peuple, le Pinochet sanguinaire, le choc de la terreur des groupes terroristes et contre-terroristes, la torture et les disparus… Le FMI et la Banque mondiale, la restructuration de l’économie, les Chicago boys et les réformateurs, la privatisation et le dépeçage de l’économie publique,  les vautours : les nouveaux oligarques et futurs patrons d’industrie… Tout y est : le capitalisme libéral à l’odeur de la mort, du sang, de la douleur, et de la peur…Le traumatisme de toute une génération … la reprogrammation de toute une nation.

 L’ancien ambassadeur d’Aliende, Orlando Letelier, a décrit ce qu’a vécu son pays le Chili en ces mots :

« Le projet économique doit être imposé de force. Dans le cas du Chili, cela s’est traduit par l’élimination de milliers de personnes, la création de camps de concentration partout au pays et l’incarcération de plus de 100 000 personnes en 3 ans(…) au Chili la régression pour la majorité et la liberté économique pour une poignée de privilégiés sont l’envers et l’endroit de la même médaille »  « Il existait…une harmonie intrinsèque entre le « libre marché » et la « terreur illimitée » » Orlando Letelier.

Il suffit de remplacer le Chili par l’Algérie pour retrouver le choc subit par l’Algérie des années 90s !

« La stratégie du choc » de Naomi Klein  est un livre que je recommande à tous mes compatriotes, ceux de ma génération qui ont survécu aux douloureuses années 90s ainsi qu’à la jeune génération qui ne s’en souvient pas. Pour comprendre les raisons du traumatisme du choc des années 90s. Pour comprendre qui étaient les vrais instigateurs de notre malheur. Qui sont nos vrais ennemis…

Advertisements