“Où va la France?” est un ouvrage collectif qui a regroupé plusieurs chercheurs français et Algériens, paru en Algérie aux éditions Karthala. Cette maion d’édition, qui a été lancée par un ancien Imam prédicateur qui œuvrait au sein de l’association des Imams en Europe, est spécialisée dans les ouvrages traitant du monde Européen et Chrétien.  L’ouvrage en question dissèque la France à l’aube du XXIème siècle au sortir d’une crise multidimensionnelle.

Autour des questions : quelle crise ? quelle solution ? quel processus ? l’ouvrage questionne les choix politique, économiques et socio-culturel de la France et trace les lignes de la nouvelle direction à suivre. Le chercheur Algérien Mohamed AbdAllah, qui a, aussi, occupé le poste d’attaché culturel à l’ambassade d’Algérie en France a présenté une analyse critique de la question de la langue en France. Il a critiqué le choix de la langue unique nationale en rappelant la nécessité de respecter les langues régionales de France. Il a aussi rappelé le rôle joué par la langue arabe dans la transmission du savoir vers l’Europe du moyen âge et le rôle bénéfique qu’elle peut jouer dans une France multiculturelle. Il a enfin rappelé:

« La question que pose le public est celle de l’utilité de chaque langue : langue de la réussite scolaire, de la promotion sociale, de l’emploi. Le contexte socio-économique de la France fait de ce point de vue la part belle à l’anglais. Hors de toute hypocrisie sociale, il va falloir expliquer aux jeunes Français sur quoi débouche pour eux l’enseignement en langue française. Les mobiles apportés jusque-là, religion, nation, contrainte, vont s’avérer insuffisants»

Concernant l’école et la laicité, l’actuelle ministre de l’éducation française a présenté l’état de l’enseignement en France et critiqué les conséquences de cet enseignement laïc. Elle a rappelé les mérites de l’enseignement religieux d’avant la révolution.

Je présume que si vous avez poursuivi la lecture c’est parce que vous avez des doutes sur cet ouvrage. Vous trouvez inconcevable que des chercheurs et un diplomate Algériens soient associés à des chercheurs français autour de problématiques qui touchent à la souveraineté intellectuelle de la France…

Ne perdez pas votre temps à chercher l’ouvrage collectif “Où va la France?”sur le net. Il n’existe pas. Il sort tout droit de mon imagination…décolonisée.  Par contre, l’ouvrage « Où va l’Algérie ? », lui, est bien réel.

Où va l’Algérie?

 « Où va l’Algérie ? » est un ouvrage collectif, qui a regroupé des chercheurs Français et Algériens, paru en France aux éditions Karthala. La maion d’édition Karthala lancée par un ancien membre de la société missionnaire des Pères du Saint-Esprit qui œuvrait en Afrique, est spécialisée dans les ouvrages traitant du monde Arabo-musulman. L’ouvrage en question dissèque l’Algérie à l’aube du XXIème siècle au sortir de la décennie noire qui a causée des milliers de morts.

Autour des questions : quelle crise ? Quelle solution ? Quel processus ? ; l’ouvrage questionne les choix politique, économiques et socio-culturel de l’Algérie et trace les lignes de la nouvelle direction à suivre. Le chercheur Français Gilbert Grandguillaume, qui a aussi, occupé le poste d’attaché culturel à l’ambassade de France en Algérie a présenté une analyse critique de la question de la langue en Algérie. Il a critiqué le choix de la langue unique nationale en rappelant la nécessité de respecter les langues régionales, parlées et maternelles. Il a rappelé le rôle joué par la langue française  dans la transmission du savoir et le rôle bénéfique qu’elle peut jouer dans l’Algérie de demain. Il a enfin rappelé :

« La question que pose le public est celle de l’utilité de chaque langue : langue de la réussite scolaire, de la promotion sociale, de l’emploi. Le contexte socio-économique de l’Algérie fait de ce point de vue la part belle aux langues étrangères, français et anglais. Hors de toute hypocrisie sociale, il va falloir expliquer aux jeunes Algériens sur quoi débouche pour eux l’enseignement en langue arabe. Les mobiles apportés jusque-là, religion, nation, contrainte, vont s’avérer insuffisants. »

Concernant l’école et la religion, l’actuelle ministre de l’éducation algérienne a présenté l’état de l’enseignement et critiqué les conséquences de l’enseignement religieux. Elle a rappelé les mérites de l’école coloniale  d’avant l’indépendance et son éducation morale et laïque.

Et maintenant, avez-vous des doutes sur cet ouvrage? Trouvez-vous tout à fait concevable que des chercheurs et diplomate Français  soient associés à des chercheurs Algériens autour de problématiques qui touchent la souveraineté intellectuelle de l’Algérie ?

Pourquoi “Où va la France?” est un ouvrage imaginaire, alors que “Où va l’Algérie?” est bien réel résume, malheureusement, l’état de colonialité du savoir en Algérie.

Advertisements